Mon entreprise fournit à certains de nos clients des serveurs de bureau à distance avec lesquels exécuter nos logiciels physiques. Chaque serveur est sa propre machine virtuelle hébergée sur AWS, et chaque utilisateur sur la machine est un utilisateur local, et non une unité Active Directory. Aucun de nos serveurs n'est sur Active Directory.

Cela crée un problème lors de la tentative de fournir une licence à chacun de ces utilisateurs pour se connecter via RDP. Historiquement, je suppose que nous avions une solution de contournement pour permettre à ces utilisateurs non AD d'être autorisés à utiliser RDP, mais nous ne sommes plus en mesure d'y parvenir. La documentation officielle de Microsoft semble indiquer, au moins pour les CAL par utilisateur, qu'Active Directory est nécessaire pour autoriser les sessions RDP.

Nous aimerions vraiment éviter de basculer vers Active Directory pour une multitude de raisons. Pas le moindre dont; cela nous obligerait à recréer et à basculer chacun de nos centaines d'utilisateurs locaux. Existe-t-il un moyen d'autoriser efficacement chacun de ces serveurs à prendre en charge les sessions RDP dans les sessions utilisateur locales ?

Informations supplémentaires:

  • Tous nos serveurs exécutent Windows Server 2016

Une de mes réflexions était la suivante : pouvons-nous joindre un domaine à chaque serveur pour obtenir une licence pour les sessions RDP, tout en nous connectant à la session RDP avec les utilisateurs locaux ? De cette façon, nous n'aurions pas à recréer tous les utilisateurs.

no answer